Article dans le Journal de Saint-Denis

« Pour un territoire comme le nôtre, c’est assassin. » Lundi 15 novembre au matin, au siège de Plaine commune, son président, le député Patrick Braouezec, ne cache pas son indignation. En présence des maires des villes de l’agglomération ou de leurs représentants et des personnels des diverses structures intercommunales, il dénonce « le risque d’une déduction drastique du budget des Maisons de l’emploi, passant de 1,3 million d’euros à 300 000 euros annuels ».
Cette décision reviendrait « à tuer l’espoir d’un développement économique, en signifiant à tous ceux qui croient pouvoir sortir de la précarité en profitant de l’arrivée d’entreprises sur nos territoires, qu’il n’y a plus d’espoir… ».

Un courrier du 27 octobre, émanant de la Direction régionale entreprises de la concurrence de la consommation du travail et de l’emploi d’Île-de-France a confirmé les craintes nées le 14 octobre avec le vote négatif des représentants de l’État lors de la réunion du conseil d’administration de la Maison de l’emploi.

Deux piliers de nos actions sont remise en cause

« Nous sommes particulièrement inquiets, explique Richard Gendron, directeur de l’emploi à Plaine commune. Deux piliers de nos actions sont remise en cause, les cyberbases, qui sont de véritables espaces de recherche d’emploi, avec plus de 4500 participants en un an (et 13 conseillers professionnels), et de multiples actions, comme les salons de l’emploi, pour favoriser les actions de quartier, les remises à niveau… »

Exemple : la mission intercommunale Saint-Denis Pierrefitte accueille environ 3200 jeunes par an, dont près de 1500 s’inscrivent pour la première fois chaque année. Et chaque année, 700 des inscrits accèdent à une formation et près de 800 à un emploi. « Le 2 décembre, nous avons prévu d’inaugurer le local de notre antenne Maison de l’emploi et nous allons la fermer le lendemain », se désole Michel Fourcade, maire de Pierrefitte. « Nous sommes tout autant concernés, ajoute Didier Paillard, le maire de Saint-Denis. C’est tout un travail de terrain, mené au cas par cas, sur un territoire particulier qui est mis à mal. C’est très grave. »

C’est tout un travail de terrain, mené au cas par cas, sur un territoire particulier qui est mis à mal

Et le Plan local pour l’insertion et l’emploi (PLIE) se trouve lui aussi fragilisé explique son président Bahim Hedjem. « Nos dispositifs d’adressent aux personnes les plus éloignées du retour à l’emploi. Nous touchons un public qui s’adresse peu aux structures classiques. » Plusieurs intervenants expliquent aussi que « nos actions ne doublonnent pas du tout avec ce que fait Pôle emploi ».

« Un Pôle emploi où le gouvernement annonce la suppression de 1800 postes alors que le chômage ne cesse de grimper, s’emporte Philippe Laurant-Quintin de la CGT. Nous nous adressons à une des populations les plus précaires de France, et nous aurions de moins en moins de moyens ? Nous voulons mettre le gouvernement et le nouveau ministre de l’Emploi devant leurs responsabilités. »
À l’issue de ce point de presse, le syndicat a appelé les personnels à une rencontre pour « débattre et envisager des actions ».
Et pour Patrick Braouezec et les élus présents, « on n’abdique pas. Nous allons demander au ministre Xavier Bertrand de nous recevoir dans les prochains jours, élus, personnels et usagers ».


Publicités

2 réflexions sur “Article dans le Journal de Saint-Denis

  1. L’espace Maison de l’emploi d’Aubervilliers est bien entendu concerné et solidaire des actions de mobilisation et de resistance des collègues du territoire de Plaine commune.
    Depuis 2009 les usagers de la cyber base d’aubervilliers, environ 600 personnes inscrites, bénéficient d’un accès gratuit aux ordinateurs et aux téléphones pour leur démarches de recherche d’emploi ou de formation.
    Que deviendront ces personnes qui ne possèdent pas d’ordinateur ou de ligne téléphonique ?

  2. Toutes les Maisons de l’Emploi doivent être solidaires face à ces restrictions de budget. Ces MDE vont devoir faire face à de nombreux licenciements au sein de leurs équipes…

    Comment pouvons-nous supporter que les pouvoirs publics aient décider d’investir autant dans les MDE, d’en ouvrir depuis 2007 sur tout le territoire et de les fermer une par une après seulement 3 années de vie ?!

    consultez ce rapport … http://alternatives-economiques.fr/blogs/abherve/2010/11/21/les-maisons-de-lemploi-au-senat-des-credits-pour-licencier-le-personnel-etou-mettre-pole-emploi-sous-pression/
    et comprenez qu’il s’agit bien d’une suppression pure et dure de toutes les MDE d’ici à un an !

    Courage à ceux qui seront confrontés à ces épreuves

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s